L’étude a débutée en 2009, et va se poursuivre jusqu’en 2019. Chaque personne inclue dans l’étude peut participer pour une durée allant jusqu’à cinq ans.

Les personnes qui auront rempli leurs questionnaires d’inclusion avant mi-janvier 2014 verront leurs premières données extraites pour études par l’ANSES, qui s’en servira tout d’abord pour une première recherche sur l’exposition des végétaliens aux polluants chimiques, puis pour les travaux à venir pour la mise en place du Programme National Nutrition-Santé (PNNS) de 2015.

L’équipe Nutrinet elle-même conduira des recherches sur le végétalisme à partir des données collectées jusqu’en 2019. Ces données pourront être utilisées pour étude par tout un ensemble d’instituts de recherche.

À quoi est-ce que je m’engage ?

L’inclusion dans l’étude nécessite que vous répondiez aux trois questionnaires alimentaires qui vous serons proposés, qui correspondent à ce que vous mangez sur trois journées tirées au sort. Vous n’êtes pas obligé-e de les remplir le jour même, mais pour assurer la fiabilité des données ne tardez pas trop. Vous n’êtes pas obligé-e de peser ce que vous mangez ces jours-là : des photos vous aideront lors du remplissage des questionnaires à évaluer les quantités.

Ces questionnaires alimentaires nécessitent un peu de temps pour être remplis, mais ils sont absolument essentiels pour les études sur la santé des végétaliens et véganes.

› D’autres questionnaires plus courts vous seront proposés par la suite (en moyenne un toutes les 4-5 semaines), mais ce sont les questionnaires précédents qui sont vraiment importants et doivent être remplis pour assurer la tenue des études « végétalisme-véganisme et santé ». Heureusement ce sont les premiers pas dans l’étude Nutrinet qui sont les plus difficiles : la participation devient beaucoup plus légère par la suite. Autant vous prévenir tout de suite : l’ergonomie du site Nutrinet-Santé n’est pas optimale… Ça rend la participation moins agréable, mais c’est pour la bonne cause !

Vous gardez la possibilité de quitter l’étude, à tout moment et sans avoir à vous justifier. Nous vous incitons néanmoins à poursuivre votre participation le plus longtemps possible : c’est ainsi que les chercheurs auront des données de plus en plus fiables sur le végétalisme dans le contexte alimentaire français.

Est-ce une bonne idée de participer à Nutrinet même si je ne suis pas en parfaite santé ?

La réponse est très claire : OUI ! Même si vous souffrez de problèmes de santé, nous ne pouvons que vous conseiller de vous inscrire et d’être le plus sincère possible dans vos réponses.

Tout d’abord, nous avons très probablement atteint désormais un nombre suffisant de végétaliens participants pour que la proportion de personnes végétaliennes atteintes de telle ou telle pathologie puisse être comparée avec fiabilité à la proportion parmi la population générale ; s’il n’y a pas, par exemple, plus de personnes souffrant d’anémie parmi les végétaliens que dans la population générale, la conclusion logique sera que le végétalisme n’est pas particulièrement un facteur de risque d’anémie…

Deuxième raison : vous allez également indiquer votre état de santé sur les autres points : même si vous souffrez par exemple d’un cancer vous avez tout de même par ailleurs probablement moins de facteurs de risques cardio-vasculaires ou de diabète de type 2 (et vice-versa !), et ceci aussi va rentrer dans les statistiques.

Enfin, si les végétaliens ne déclarent pas leurs problèmes de santé, comment les futures recommandations nutritionnelles pourront-elles apporter des conseils utiles ?